#Je fais mouche | Chambre de l'agriculture France

Un projet pour irriguer un territoire qui manque d’eau

Claude CHAMBRAN, Vigneron à Beaumes de Venise (Vaucluse), Président de Rhonea.

Expertise - Claude Chambran

Un projet, 3 objectifs :

1- Recenser tous les usages actuels et les besoins en eau avec une vision prospective à l’horizon 2040.
2- Étudier toutes les pistes d’économie d’eau dans les ressources actuelles déficitaires et patrimoniales.
3- Dessiner les contours d’un projet pour irriguer demain 25 000 ha (dont 6 000 ha de substitution), tout en économisant 9 millions de m3 sur les ressources déficitaires.

Expertise - irriguer un territoire qui manque d'eau

Grâce à ce projet, c’est la qualité de notre viticulture et de nos appellations qui est assurée et la vie économique de notre région et de nos villages
Claude Chabran, vigneron

Nos grands pères nous ont légué le barrage de Serre-Ponçon ; nos pères, l’irrigation sous pression dans le Calavon et le Ventoux. Avec ce projet, nous assurons aux générations futures l’irrigation sous pression dans les Hauts de Provence Rhodanienne.
André Bernard, Président CA84

Expertise - irriguer un territoire qui manque d'eauExpertise - irriguer un territoire qui manque d'eau

Quelques chiffres

• Une aire de 1620 km2
sur 3 bassins : le Lez, l’Aygues, l’Ouvèze.
81 communes (Vaucluse : 47 et Drôme : 34).
70 500 ha agricoles
3800 exploitations.

Expertise - irriguer un territoire qui manque d'eau

Compétences

La Chambre d’agriculture de Vaucluse a été missionnée par l’Etat pour conduire cette expertise. Elle anime l’ensemble du projet qui comprend :

  • un diagnostic agricole approfondi,
  • une enquête de besoins en eau,
  • des propositions d’adaptation par la modernisation des réseaux d’irrigation existant et/ou l’extension de réseaux d’irrigation à partir du fleuve Rhône.

Moyens techniques

Le projet mobilise une équipe de 7 personnes en interne à la Chambre d’agriculture de Vaucluse. Des bureaux d’études spécialisés sont mobilisés en renfort, ainsi que des partenaires (Safer, Irstea, CA26…)

Actions menées

L’état des lieux agricoles est réalisé. Il montre le caractère pérenne, fort et dynamique de l’agriculture du territoire, la dominance de la viticulture, avec la présence de productions variées, de qualité. Les besoins en eau agricole ont été évalués (sondage par questionnaire) ainsi que les besoins en eau brute des collectivités. Un état des lieux des structures et réseaux d’irrigation a été établi, avec la production de données complètes et d’une cartographie détaillée. Le comité de pilotage a validé les méthodes d’évaluation des besoins en eau et de sectorisation de la demande. Réalisation des enquêtes auprès de 200 exploitations pour valider la demande et auprès des communes En cours : Etude sur les scénarios d’aménagements et leur coût pour proposer fin 2018 un programme de travaux. Lancement de l’étude juridique sur la gouvernance du projet.
En savoir plus sur : Le projet Hauts de Provence Rhodanienne